Souvenirs

2013

2012

2008

2006

2005

2004

Administration

Toulouse

5 au 7 octobre 2007

  • Compte-Rendu

  • Diaporama

Comme prévu, la sortie d’automne de notre association Société 1818 France a eu lieu les 5, 6 et 7 octobre, avec Toulouse et ses environs comme centre d’attention. Cette visite faisait suite à celle de l’année dernière en Belgique, précédée de celles des années antérieures à Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Aix-en-Provence. Une quarantaine de membres de notre association se sont donc retrouvés à l’hôtel Holiday Inn en plein centre de Toulouse dès le vendredi après midi. Grand plaisir de retrouver certains « habitués » des voyages précédents, mais aussi de voir plusieurs « nouveaux », ayant quitté la Banque plus récemment. Plaisir tout particulier d’avoir avec nous Dieter von Samson et son épouse Ella. Dieter est le Président du Chapitre germanophone de 1818, et ce fût un honneur pour nous tous de voir ainsi maintenus les liens entre deux des chapitres européens de 1818 Society. Regrets de ne pas avoir avec nous certains des anciens qui nous ont accompagnés dans nos voyages précédents.
La première étape de notre tour a été une visite des usines de l’Airbus A380 à Blagnac. Excellente visite de près de deux heures où l’on a pu prendre la mesure de cet énorme chantier. Explications claires et très instructives d’une charmante guide, employée d’Airbus, mais également très versée dans l’art et la culture. Séance passionnante dans une salle où on nous a fait revivre par vidéo le premier vol de cet énorme oiseau, ainsi que plusieurs tests dont certains sont spectaculaires. Puis visite des usines. Dans le hall de montage, un seul avion occupe 1 hectare au sol (80 m de long et 80m d’envergure pour l’avion lui-même, plus les espaces nécessaires pour travailler et circuler autour de l’avion…). Complexité de la gestion de l’assemblage de l’avion dont les pièces viennent des quatre coins de l’Europe. Beaucoup de questions de la part de nos collègues, tous fortement impressionnés par la taille du projet, de l’avion lui-même, des installations, de la logistique, des défis techniques, etc. Et beaucoup de discrétion pour ne pas évoquer le sujet un peu brûlant des interrogations récentes sur le comportement de certains dirigeants de l’entreprise.
Retour à l’hôtel pour un cocktail simple et informel où la nouveauté a été celle d’un kir au vin blanc et à la violette, en lieu des traditionnels cassis, fraises ou framboises…
Le lendemain, départ pour la visite du Musée des Augustins, situé dans un ancien cloître en plein centre ville. Visite passionnante avec deux guides de grande qualité pour nous expliquer certaines des pièces magnifiques que contient ce musée. Beaucoup d’histoire sur la « ville rose » (pour ceux qui l’ignoreraient, Toulouse est ainsi nommée en raison de ses constructions en brique, puisqu’il n’y a pratiquement pas de pierre dans la région.), qui a connu des heures glorieuses, et continue d’être une grande métropole régionale artistique, culturelle et économique. Trop peu de temps pour voir tous les trésors. Il faudra revenir…
Déjeuner copieux typiquement toulousain (confit, etc…) dans une brasserie sur la très belle place du Capitole, avant de repartir pour visiter la superbe basilique Saint Sernin, magnifique édifice roman en brique rose. Un petit groupe s’est ensuite détaché pour aller visiter le musée de la Fondation Bemberg, collection privée dans l’Hôtel Azzezat, lui aussi plein de trésors.
Temps libre pour la fin d’après midi, pour flâner dans les très belles rues du vieux Toulouse, avant de nous retrouver sur la berge de la Garonne pour embarquer sur un bateau de « Toulouse Croisières » où eut lieu notre « dîner de gala ». Moment fort agréable, très détendu, champagne à l’apéritif et excellent dîner bien arrosé pendant que nous faisions des cercles dans l’eau au milieu de la Garonne (pas assez d’eau pour aller très loin…), entourés d’éclairages des ponts, des berges du cours d’eau et des bâtiments historiques anciens de toute beauté. Mais tout de même avec un peu de frustration de la part de certains, fanatiques de rugby ou simples amateurs, qui ne pouvaient ainsi pas assister à la retransmission à la télévision du match entre la Nouvelle-Zélande et la France qui se jouait au même moment. Le dîner s’est d’ailleurs terminé avant la fin du match, et dès l’arrivée au port plusieurs se sont précipités pour voir les quinze dernières minutes sur l’un des écrans géants installés dans la ville. Fin de match haletante qui a vu la victoire inattendue, pour ne pas dire inespérée de la France. Cocorico ! Et bravo à l’équipe de France…Au cours du dîner, Dieter von Samson nous a dit quelques mots très chaleureux en nous informant de la situation du chapitre germanophone qu’il préside. Olivier a également donné quelques informations sur l’évolution de la situation de la Banque à Washington, notamment avec l’arrivée du nouveau Président Bob Zoellick. Et avec la primeur de l’information concernant la nomination de notre amie et collègue Ngozi Okonjo-Iweala comme nouvelle «Managing Director » annoncée la veille à Washington. Bonne nouvelle…
Dimanche matin, départ en autobus pour aller visiter le Château de Caumont à une trentaine de kilomètres de Toulouse. Visite assez extraordinaire d’un lieu magnifique, château du 15ème siècle, guidée par la propriétaire elle-même, la vicomtesse de Castelbajac. Cette dame, d’un âge déjà un peu avancé, nous a tous ravis par ses connaissances historiques et son humour, et ses commentaires désopilants sur les ancêtres de la famille et sur les défis impressionnants que représentent les travaux d’entretien et de restauration d’un énorme édifice dont la valeur historique et artistique est évidente.
Après avoir déambulé sur les routes campagnardes de la région nous sommes finalement arrivés au restaurant Le Ratelier pour un déjeuner fort sympathique où la pièce de résistance fut un énorme et délicieux cassoulet qui restera dans les mémoires. Au point que le départ après le déjeuner fut un peu difficile et s’est transformé rapidement en sieste générale dans le bus… Puis visite fort intéressante du château de Merville (encore de la brique), avec ses superbes jardins de buis. Retour à Toulouse le dimanche soir avant que chacun ne reprenne son chemin vers ses foyers.
Comme à l’accoutumée, l’ambiance générale tout au long de notre périple a été remarquable de convivialité et de bonne humeur. Beaucoup de discussions, de bons souvenirs de la période de chacun à la Banque. Plusieurs des participants sont encore très actifs dans le domaine du développement et ont pu faire partager leurs expériences professionnelles depuis leur départ de la Banque. Ceux qui ne sont plus directement impliqués dans le domaine du développement ne manquent pas non plus d’expériences et d’anecdotes sur leurs activités multiples toujours riches d’enseignements. Au bout du compte, on se dit que le temps a été trop court…

> > Isabelle et Olivier Lafourcade

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash